Le risque de choc thermique

Les grandes variations de température (amplitude supérieure à 10°C) sont néfastes pour la santé : cela peut engendrer des infections respiratoires et des irritations oculaires (notamment si on porte des lentilles) car l'air d'un espace climatisé est nettement plus sec. Plus grave, un choc thermique peut entraîner jusqu'à la perte de connaissance ou même pire, l'arrêt cardiaque. Soyez donc vigilant lors du réglage de la climatisation : il est fortement déconseillé de dépasser les 8°C d'écart entre l'intérieur et l'extérieur. Ainsi concrètement, s'il faisait 35°C à l'extérieur, il serait raisonnable de se contenter d'une température de 27°C minimum à l'intérieur. Et bien sûr, pensez à vous hydrater !

Le syndrome des bâtiments malsains

La climatisation est également accusée de provoquer un ensemble de symptômes très divers regroupés sous l'appellation peu connue de syndrome des bâtiments malsains (ou "sick building syndrome" en anglais) : des troubles ORL, des problèmes respiratoires, oculaires ou cutanés, des maux de tête, des perturbations sensorielles ou neuropsychiques etc... C'est d'autant plus déroutant que ce syndrome disparait chez la personne dès qu'elle quitte l'espace ou le bâtiment climatisé. Dans tous les cas, si les symptômes surviennent, notamment sur le lieu de travail, il est important d'en parler (délégué du personnel, médecine du travail ou même vendeur de l'appareil).

Grippe, allergie et autre nez qui coule

La climatisation entraîne l'aggravation des allergies chez les plus fragiles car l'air recyclé tend à concentrer les allergènes. Ainsi, il n'est pas rare d'éternuer et d'avoir le nez qui coule lorsqu'on est sous le règne d'une climatisation. Mais plus grave, il peut s'agir également de champignons ou d'affections ORL. Par ailleurs, selon le système de climatisation adopté, les virus (grippe, gastro-entérite) peuvent se diffuser plus ou moins facilement : le risque sera pratiquement nul si le bâtiment est équipé de ventilation naturelle ou mécanique, mais en revanche, s'il est équipé d'une centrale de traitement de l'air, alors certains virus peuvent survivre. Dès lors, il est nécessaire de s'intéresser aux systèmes de filtration, particulièrement déterminants quant au risque de contagion.

La légionellose

Mais avec le risque de pénétration d'agents infectieux dans le système de climatisation, il reste la pathologie la plus grave : celle de la bactérie responsable de la légionellose qui prolifère facilement et rapidement à l'intérieur des conduits mal entretenus, ou dans les réseaux d'eau chaude sanitaire dont la température est comprise entre 25 et 43°C. La légionellose est à l'origine d'infections pulmonaires, d'insuffisances respiratoires, ou encore de pneumopathie chez les plus fragiles. Elle peut également provoquer fièvre, amaigrissement, et dans 10% des cas, le décès. C'est pourquoi il est indispensable de réaliser régulièrement l'entretien des installations en respectant une maintenance rigoureuse et en vérifiant l'absence d'eau stagnante dans le système.